Comment créer une ambiance lumineuse adaptée à votre pièce ?

Dans un espace, l’éclairage est créateur d’ambiance. Il est important de le soigner, et surtout de l’adapter à la pièce. Il ne s’agit pas seulement de compenser un manque de lumière naturelle avec n’importe quelle ampoule ou n’importe quel luminaire. Ajuster l’éclairage dans sa maison, dans ses locaux professionnels, peut être plus difficile qu’on ne le croit.
Voici quelques conseils.

L’éclairage dans l’Histoire

Selon Wikipédia, l’éclairage est « l’ensemble des moyens qui permettent à l’homme de doter son environnement des conditions de luminosité qu’il estime nécessaires à son activité ou son agrément. » Je trouve cette définition très pertinente dans le contexte d’ambiance lumineuse car c’est exactement ce qu’on cherche à faire. On ne veut pas simplement allumer la lumière, on veut le faire de telle sorte que nos besoins soient satisfaits.

Au tout début, on utilisait le feu puis des torches dès que le soleil se couchait et que la lumière naturelle n’était plus suffisante. On a ensuite inventé les lampes à combustion : il s’agissait d’abord de brûler de l’huile (lampe à huile) puis du suif (chandelles), puis de la cire d’abeille (bougies).

Vient ensuite l’éclairage au gaz (1813) et la lampe à pétrole (1853). Il faut attendre 1878 pour que soit développée de façon industrielle la première ampoule à incandescence (Thomas Edison). Le français Georges Claude créé le premier tube à néon en 1910. Lui succède le tube fluorescent en 1936 puis la lampe halogène 23 ans plus tard.

En 1980, Philips commercialise la première lampe fluocompacte, plus connue sous le nom « ampoule basse consommation ». Enfin, le prix Nobel de physique 2014 est attribué aux inventeurs de la LED (diode électroluminescente), qui permet de réduire la consommation électrique de 90% par rapport aux ampoules à incandescence !

Adapter l’ambiance lumineuse à la pièce

Chaque pièce de la maison a été définie pour un usage plus ou moins précis. L’ambiance lumineuse que l’on va choisir d’adopter dans telle ou telle pièce ne sera pas anodine.

Dans la chambre, on choisira de préférence une ambiance lumineuse tamisée et relaxante.

La cuisine, quant à elle, pourra se permettre un peu plus de lumière, de même que la salle à manger.
Dans le séjour, l’éclairage doit également être puissant, mais comme c’est une pièce dont l’usage peut varier au cours de la journée, il sera pertinent de varier les sources d’éclairage de façon à pouvoir varier la quantité de lumière.

La salle de bain est une des pièces dans laquelle la lumière doit être disposée afin d’éviter les zones d’ombres. Surtout qu’en hiver, c’est une pièce qui est souvent utilisée avant le lever ou après le coucher du soleil.

Enfin, l’ambiance lumineuse choisie pour l’entrée devra être chaleureuse pour accueillir au mieux les visiteurs et les belles énergies.

Combiner éclairage général, éclairage direct et éclairage indirect

Avant que les designers ne s’enthousiasment pour les luminaires, une pièce pouvait n’être éclairée que grâce à une ampoule nue pendue au plafond ! Puis, la lumière a pris possession des objets et les sources lumineuses, qu’il s’agisse de lampes à poser, de lampadaire, d’appliques ou de suspensions, sont parfois devenues de véritables œuvres d’art.

On appelle éclairage général l’éclairage principal de la pièce. Il est commandé grâce aux interrupteurs qui se trouvent près de la porte d’entrée de la pièce. Ainsi, il correspond souvent aux plafonniers ou aux appliques.

On peut, pour mieux soigner l’ambiance lumineuse, ajouter ensuite un éclairage d’appoint. C’est celui qu’on va venir ajouter ici et là soit pour créer une certaine ambiance soit pour remplir un besoin. Il peut être direct ou indirecte.

L’éclairage direct permet d’éclairer avec précision une zone délimitée : par exemple, dans une chambre, on vient ajouter une lampe sur le bureau ; dans la cuisine, des spots sous les meubles hauts pourront éclairer le plan de travail… C’est un éclairage fonctionnel. Il peut aussi s’agir d’un éclairage d’accent, conçu simplement pour mettre en valeur un objet (tableau, œuvre d’art).

L’éclairage indirect éclaire des zones plus larges. C’est typiquement celui qu’on utilise pour créer une ambiance. Comme il créé moins de contraste que l’éclairage direct, il permet d’équilibrer l’atmosphère. La lumière est plus douce, plus accueillante.

On appelle parfois « éclairage mixte » le fait de combiner tous ces éclairages de façon à créer l’ambiance lumineuse voulue sans toutefois oublier le côté pratique et fonctionnel : rien de plus crispant qu’une salle de bain mal éclairée sous prétexte d’une ambiance cocooning…

Photo by Robert Haverly on Unsplash

Les bonnes questions à se poser : angle, kelvin et lumens

Ainsi, nous l’avons vu, il y a quelques bonnes questions à se poser avant le moindre achat de luminaire ou d’ampoule. Une fois que vous êtes décidés sur une ambiance, qu’elle répond à vos besoins, il est assez facile de choisir le luminaire : appliques, suspensions, spots encastrés, lampe à poser, plafonniers…

Qu’en est-il de l’ampoule ?

Que souhaitez-vous éclairer, et donc quel angle d’éclairage voulez-vous ?

Il est indiqué sur les boites d’ampoules : pour un éclairage direct sur un bel objet par exemple, choisissez un angle serré (jusqu’à 25°) ; un angle de 30 à 40° sera moyen, ni trop fermé, ni trop ouvert. Si vous souhaitez un éclairage général, alors préférez un angle large, de 80 à 120°.

Quelle température de lumière envisagez-vous, plutôt chaude ou plutôt froide ?

L’unité de mesure est le Kelvin. C’est également une indication qui figure sur les boites. Les grandes surfaces de bricolage mettent souvent l’accent sur la température de couleur et les ampoules sont généralement bien classées : pour un blanc chaud, et donc une ambiance chaleureuse, reposante, choisir entre 2700 et 3000K ; De 4000 à 5000K, l’éclairage sera plus stimulant ; le blanc froid, assez proche de la lumière du jour, se situe entre 5000 et 6000K. Il est davantage utilisé dans les locaux professionnels ou pour les vitrines.

Quelle est la puissance nécessaire de l’ampoule en fonction du volume de la pièce ?

Avant, on parlait de Watt. Avec les ampoules LED, on parle de Lumens. Les Lumens (Lm) mesure la quantité de lumière totale visible de l’ampoule. Plus le nombre est élevé, plus la lampe est brillante. Une ampoule LED de 6,5W produit une quantité de lumière équivalente à une ampoule halogène de 50W. C’est pourquoi nous ne pouvons plus raisonner en Watt. Un nombre de Lux (lx) indique le flux lumineux reçu par unité de surface. Il mesure l’éclairement lumineux. Un professionnel utilise un luxmètre pour établir son calcul : lux = lm/m2.

Pour l’éclairage général, on dit qu’il faut environ 100 lux pour l’entrée, le couloir, le salon, une chambre de couple ; on comptera 200 lux pour un escalier, et 300 lux voire plus pour la cuisine, la salle de bain et la chambre d’enfant.

Exemple : Votre cuisine a une surface de 20m2. Cette pièce nécessite environ 300 lux. Donc comme 20 x 300 = 6000, il faut 6000 Lm pour l’éclairage général de cette pièce. Cela peut être obtenu avec plusieurs points lumineux, par exemple 6 ampoules LED de 1000 lm.

Pour conclure

Créer une ambiance lumineuse n’est pas si facile. Il est parfois tentant de privilégier les objets déco sans vraiment s’attarder sur le côté fonctionnel. Mais vivre bien dans son habitat, c’est aussi faire en sorte que tout soit « fluide », évident, adapté.

Mon conseil ? Réfléchir en premier lieu à l’éclairage général en fonction de la pièce (séjour, chambre, cuisine…). Puis, petit à petit, venir ajouter de l’éclairage d’appoint en fonction de deux éléments : l’usage (le coin lecture se fait toujours dans le fauteuil bleu, il y faut un éclairage direct) et la déco (ce superbe vase déniché en brocante mérite une mise en valeur).

comment créer ambiance lumineuse
Partagez les bonnes vibrations du Feng Shui :)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *