La symbolique de la couleur verte

La dernière fois que je vous ai parlé du pouvoir des couleurs, je vous présentais la couleur rouge. Voyons aujourd’hui la symbolique de la couleur verte.

Le Vert dans l’histoire

Le vert n’était pas une couleur difficile à reproduire, puisqu’il était possible de l’obtenir grâce à de nombreux végétaux. Le souci, c’était de le stabiliser. Ces colorants issus de feuilles, de racines ou de fleurs ne tenaient pas bien sur les textiles, ils faisaient vite délavés. C’était le même combat pour les peintures : les colorants naturels s’usaient à la lumière. Plus tard, on rencontrait également le même problème avec la photographie : quand on regarde de vieilles photos des années 60, que les couleurs sont effacées, c’est toujours le vert, volatil, qui est parti en premier.

Le vert est donc devenu la couleur de l’instabilité. C’est pourquoi il représente aujourd’hui le changement, la variation, tout ce qui bouge et varie. On y inclut aussi le jeu et le hasard, donc a fortiori les jeux d’argent.
Au Moyen-Âge, les bouffons et les jongleurs s’habillaient en vert. Dans les casinos de Venise au 16ème siècle, les tapis de cartes sont verts (la « langue verte » est l’argot des joueurs). A la Cour de France au 17ème, on joue sur des tables vertes.
Aujourd’hui, c’est la couleur de nombre de terrains de jeux, et pas seulement les pelouses des terrains de foot. Allez les Verts !

Par extension, le vert est devenu la couleur de la banque, de la finance en général, et donc de l’argent. Ce n’est pas un hasard si, vers 1861, les imprimeurs américains ont choisi la couleur verte pour les premiers billets de dollars « In God we trust » !

Une autre de ses symboliques vient de l’utilisation de matières artificielles, comme le vert-de-gris. Quand on a commencé à utiliser de l’arseniate de cuivre pour fabriquer du vert, sa réputation en a encore pris un coup : ce pigment contenant de l’arsenic, on l’a comparé à un poison, les verts étaient empoisonnés, toxiques ! Du coup, il est aussi devenu la couleur de la malchance puisqu’il portait malheur…

encre verte diluée
Photo by engin akyurt on Unsplash

Le Vert dans le monde

Pour tous, le vert est la couleur de la nature, du printemps.

En Orient, il représente le changement, la fertilité, les nouveaux départs. Le revers de la médaille c’est qu’il symbolise aussi l’infidélité : on ne porte pas de chapeau vert en Chine, car cela signifie être cocu !

Est-ce en lien avec la Grande-Bretagne et la France, où le vert est aussi la couleur de la jalousie ?

En Irlande, c’est la couleur emblématique du pays, celle de ses magnifiques paysages verdoyants et de son emblème, le shamrock, le célèbre trèfle. Chez nous, il faut qu’il ait 4 feuilles pour qu’il porte chance !

Aux États-Unis, nous l’avons vu, le vert est la couleur de l’argent. Chez les anglo-saxons, il est aussi synonyme de prestige et d’ambition.

La psychologie du Vert

Dans la symbolique du vert, on retrouve un côté très yin & yang ! Le vert représente la chance (le trèfle a 4 feuilles) mais aussi la malchance (ne pas porter de vêtement vert sur la scène du théâtre), l’amour naissant mais aussi l’infidélité, l’immaturité (fruits verts)… Il a autant de dimensions négatives que positives. Les créatures maléfiques des dessins animés ou des films sont souvent vertes. C’est aussi ainsi qu’on représente les odeurs nauséabondes dans les BDs. Les martiens sont verts, forcément, puisqu’ils ne veulent pas faire amis-amis avec nous !

Le Vert a une longueur d’onde comprise entre 490 et 573 nm. Il est considéré comme une des 3 couleurs primaires (avec le Rouge et le Bleu). On considère que toute autre couleur peut être obtenue en superposant des quantités de ces couleurs (le fameux code RVB).
Sur la roue chromatique, le vert se situe entre le bleu et le jaune. Les ondes vertes sont celles du juste milieu, de l’équilibre. L’œil humain n’a pas d’effort d’ajustement à faire pour les voir. C’est donc une couleur très reposante. C’est pourquoi aujourd’hui en plus d’être représentatif de Dame Nature, il est associé au repos, au bien-être, aux aliments bio…

Contrairement au rouge qui, nous l’avons vu, accélère le rythme cardiaque, lui, le ralentit. Il est donc particulièrement préconisé en cas de gros stress. Dans un traité de la fin du 18ème siècle, Goethe recommandait déjà le vert pour l’intérieur des appartements et particulièrement la chambre à coucher car il lui trouvait des vertus apaisantes. Le vert favorise également une respiration plus lente et plus profonde ainsi que la concentration.
Il est renouveau et harmonie, invite à la contemplation.

L’impact psychologique du vert va dépendre toutefois du ton et de l’intensité de la couleur : un vert-citron n’est pas reposant, au contraire, il donne de l’énergie.

Ainsi, le vert de la chlorophylle est devenu aujourd’hui un gage de naturel et de fraîcheur : écologie, propreté, bien-être, santé… Aujourd’hui, il est aussi hygiénique que le blanc ! Nous avons des « espaces verts », des « classes vertes » et même des « numéros verts » !

Le Vert en décoration

Pour nous, il est évident que le vert est un mélange de bleu et de jaune, même un gamin de maternelle sait ça ! Pourtant, c’est une idée récente ! Avant le 17ème siècle, personne n’aurait pensé à fabriquer du vert en mélangeant ces deux couleurs puisqu’il était possible de l’obtenir directement dans la nature  ! C’est la découverte de Newton (le spectre des couleurs) qui, en donnant un classement différent aux couleurs, a initié cette idée de mélange.

Vert émeraude, vert sauge, vert mousse, vert turquoise, vert menthe… En vert, il y a l’embarras du choix, tout dépend de l’ambiance recherchée : vous voulez de la fraîcheur, optez pour un vert mentholé. Vous souhaitez du pep’s ? Le vert-citron est là pour ça. Au contraire, vous aimez les ambiances plus intimistes et plus cosy ? Alors je vous conseillerais un vert mousse ou un vert émeraude.

Le vert est parfait pour ressourcer des pièces de vie comme votre séjour ou même la cuisine. Puisqu’il facilite la concentration, il est également très adapté dans un bureau. Dans la chambre et la salle de bain, il invite à la relaxation et au repos.

Nous l’avons vu, le vert aime le rouge, sa couleur complémentaire.

Le vert aime aussi le bleu, avec un effet « oasis » bienvenu pour apporter de la fraicheur et du naturel.

Le vert aime aussi les bruns, une association à l’esprit très végétal. Le brun réchauffe le vert, réputé couleur froide.

On peut aussi lui associer du gris, une couleur neutre, lorsqu’on choisit des teintes de vert un peu plus vives, tirant sur le jaune.

Le Vert en feng shui

En feng shui, le vert est la couleur de l’élément bois, de l’Est et du Sud Est, de la fin du printemps et du début de l’été. Il est la couleur de l’abondance, de la régénération, de la vitalité, de la santé et de la guérison.

Ainsi, si on a besoin de nourrir une zone bois, on peut apporter du vert sous forme d’applat (un mur peint en vert),  de meubles (un canapé, un fauteuil…) ou d’accessoires (dessus de lit, nappe, coussins, objets décoratifs…). La saturation, la teinte ou la luminosité de la couleur verte n’ont pas d’importance dès lors qu’il est indiscutable que c’est bien du vert et non un bleu vert ou un vert-de-gris.

On peut également bien sûr, apporter du vert sous forme végétale avec des plantes vertes, si possible aux feuilles arrondies, soignées et en bonne santé.

plantes vertes dans un intérieur
Photo by Unknown Wong on Unsplash

Sources :
Le petit livre des couleurs – M. Pastoureau et D. Simonnet
DécoBook – Sophie Mouton-Brisse
Le Pouvoir des couleurs – Karen Haller  

la symbolique de la couleur verte

A lire aussi, la symbolique de la couleur :

Partagez les bonnes vibrations du Feng Shui :)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.