L’école de la forme en Feng Shui

C’est la plus ancienne des écoles de feng shui. L’idée première est de repérer l’endroit du terrain où l’énergie converge.
L’école de la forme c’est en fait l’analyse de tout ce qui se voit, tandis que l’école de la boussole, comme les étoiles volantes, s’attache à des notions qui sont invisibles à nos yeux.
D’une façon générale, il s’agit d’analyser l’environnement extérieur d’un habitat et de déterminer comment se caractérisent les 4 gardiens célestes que sont la Tortue Noire, le Tigre Blanc, le Dragon Vert et le Phénix Rouge.

Bien sur, ces animaux sont symboliques, ils sont, dans la vraie vie, représentés par des montagnes, des cours d’eau, des immeubles, des routes… Ils aident à déterminer si l’implantation de l’habitat est propice ou non.

Les 4 animaux célestes

Ces 4 animaux trouvent leur origine dans les 4 constellations du ciel de la Chine Antique. Ils ont donc une orientation cardinale ainsi qu’un sens yin ou yang.

Le phénix rouge : petite colline devant la maison, qui laisse la vue dégagée ou aussi étendue d’eau.
Il représente le sud, l’été, le feu.
Il est associé à l’ouverture, à l’équilibre des forces.
«ce que je montre, ce qui est vu»
C’est un chi yang.

La tortue noire : montagne (bâtiment) protectrice à l’arrière.
Elle réprésente le nord, l’hiver, l’eau.
Elle est associée au soutien, à la longévité, à la protection.
«ce qui n’est pas visible, inconscient»
C’est un chi yin.

Le tigre blanc : sommet (bâtiment) de préférence moins élevé ou moins avancé que le dragon.
Il représente l’ouest, l’automne, le métal.
Il est associé aux projets, à la communication, au pouvoir féminin.
«émotivité, réceptivité»
C’est un chi yin.

Le dragon vert : sommet (bâtiment) de préférence plus elevé ou plus avancé que le tigre.
Il représente l’Est, le printemps, le bois.
Il est associé à la santé, la prospérité, le dynamisme, la force du père.
«vitalité, initiative»
C’est un chi yang.

Les 4 animaux célestes feng shui

Comment utiliser l'école de la forme ?

Attention, bien que les 4 créatures célestes correspondent chacune à une orientation, nous devons être moins strict lorsque nous observons l’environnement d’une maison : pour trouver le phénix, on ne regarde pas ce qui est réellement au sud (orientation cardinale) mais ce qui est devant. La tortue doit supporter le dos, c’est à dire l’arrière de l’habitat. Le dragon est ce qui se trouve à gauche, tandis que le tigre est représentée par ce qui se trouve à droite de la maison.

Analyser ces formes environnementales permet d’estimer si l’habitat est protégé et soutenu. Dans un environnement urbain, ce sont les immeubles et les structures artificielles qui joueront le rôle des « montagnes ». Les routes, en fonction de leur taille, joueront le rôle de rivières ou de ruisseaux. Ils  sont toutefois réputés avoir des effets moins puissants, moins déterminants que les éléments naturels.
En feng shui, cours d’eau et rues sont analysés de la même façon. C’est donc l’emplacement de la maison par rapport à la rue qui va être analysé par l’expert Feng Shui.

Il faut regarder aussi les structures environnantes : la présence de décharge, de cimetière, de commissariat, de voie ferrée, de caserne, de ligne à haute tension, d’église… n’est pas particluièrement favorable en regard de la nature du chi qu’elles émettent.

Il faut aussi regarder l’emplacement de la maison vis à vis du relief (maison au sommet d’une montagne, à flanc de coteau, etc) et de la forme du terrain.

On regarde également la forme de la maison (ou de l’appartement ) et des pièces : en Feng Shui, nous ne sommes pas fans des maisons rondes, des pièces en triangle (mansardées) ou des toits qui forment des vagues.

Pourquoi analyser l'environnement en Feng Shui ?

C’est une erreur commune de « faire du Feng Shui » en ne se basant que sur les caractéristiques intérieures de la maison. Or, l’environnement extérieur est à la base du Feng Shui millénaire, au départ, il n’y avait que celui-ci.
Les animaux célestes sont symboliques mais permettent de se faire une bonne représentation de ce qui est le mieux en tant qu’environnement extérieur. Pourquoi est-ce si important, on ne vit pas dans la rue ou dans son jardin, après tout ? Eh bien parce que de l’environnement va dépendre la qualité du Chi, celui dans lequel baignera votre propriété, et celui qui entrera dans la maison.

En Feng Shui, on considère que la qualité du Chi influence beaucoup la qualité de vie d’un lieu. Ainsi, même sans connaître le Feng Shui, avec seulement du bon sens, on peut faire l’analyse inverse : la qualité de vie d’un quartier, d’un village, d’une ville, est un bon indicateur de la qualité de l’énergie qui s’y trouve.

N’oublions pas qu’il y a du bon en chaque chose, et qu’il ne s’agit pas de définir des axiomes de types : c’est plus Feng Shui de vivre à la campagne qu’en pleine ville. La ville est plus yang bien sur, mais c’est peut-être exactement ce qu’il nous faut pour développer un commerce ou étudier. C’est encore une fois l’équilibre qui apporte l’harmonie.

Photo by Ananthan Loggi on Unsplash

L'école de la forme : les origines

Dans son ouvrage « Les essentiels du Feng Shui », Raymond Lo explique qu’à l’origine, l’école de la forme était appliqué au Feng Shui des cimetières. Les Chinois sont en effet convaincus que le lieu où sont enterrés les ancêtres doit recevoir les meilleures énergies afin de permettre la prospérité des générations futures. Cette tradition a développé une grande connaissance sur l’impact de la forme des paysages, sur les formations naturelles propices ou non.

La phrase la plus célèbre du Livre des Sépultures définit clairement le type de paysage qui peut jouir d’un bon Feng Shui : « l’énergie du dragon sera dispersé par le vent et s’arrêtera au bord de l’eau ». Le Dragon se réfère à la montagne, le site doit être protégé du vent, derrière, devant, comme sur les côtés. Une chaîne de montagne avance sur des kilomètres, c’est le déplacement du dragon. Mais si on veut pouvoir bénéficier de cette énergie, alors le dragon doit s’arrêter : les sites les plus favorables sont donc ceux qui permettent cet arrêt, comme un espace ouvert ou un cours d’eau. C’est cet axiome qui explique le positionnement des animaux célestes.

C’est pourquoi l’école de la forme se base sur deux types de topologie : les grands ensembles, naturels ou non, sont des montagnes, tandis que les espaces ouverts sont de l’eau. Le dragon est donc la terre entre deux espaces d’eau. On retrouve la montagne et l’eau, deux notions fondamentales associées à l’école des étoiles volantes.

épingle ecole forme
Partagez les bonnes vibrations du Feng Shui :)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *