Le feng shui de la boussole

Quelqu’un, qui connaissait un autre expert feng shui, m’a un jour demandé : « toi, tu pratiques quel feng shui ? celui de la forme ou celui de la boussole ? » J’ai été tellement surprise que j’ai mis quelques secondes à répondre « bah, les deux, bien sûr ! ». La question m’ayant intriguée, j’ai ensuite creusé le sujet et effectivement, il fût un temps où certains maîtres feng shui pratiquaient soit l’un, soit l’autre. De nos jours, les bons experts utilisent les deux de concert, car ils peuvent se compléter pour une meilleure efficacité.

Les deux principales écoles de pensée du feng shui

Je ne vais évoquer ici que le feng shui dit traditionnel (et non le feng shui « new age » qui est né au 20ème siècle).

Il y a tout d’abord l’école San He appelée aussi l’école des Trois Harmonies : elle met l’accent sur l’harmonie du Ciel, de la Terre et de l’Homme. C’est pourquoi la boussole (ou Luo Pan) utilisée compte 3 anneaux de 24 montagnes. Elle accorde une importance particulière à l’harmonie entre les secteurs de direction. Cette école se concentre également sur l’environnement et vise à comprendre comment la nature façonne et entretient le Chi (voir mon article sur le feng shui de la forme).

Il y a également l’école San Yuan appelée aussi l’école des Trois Périodes : c’est un modèle mathématique du Bagua utilisé pour calculer la qualité du Chi au fil du temps. La boussole comprend un seul anneau de 24 montagnes. Il met l’accent sur l’influence dynamique du temps, le facteur temps étant représenté par des chiffres et des trigrammes. C’est l’école de pensée que je privilégie dans mes expertises. Elle sert de support à l’école des étoiles volantes.

boussole
Photo by Aaron Burden on Unsplash

Trouver la façade de l'habitat

Avant de déterminer l’orientation de la maison, il faut d’abord définir où est la façade et où se trouve l’arrière (l’assise). Cela parait si simple, et pourtant, la mauvaise détermination de l’orientation est à la base de nombreuses erreurs. Comme tout dépend de cette mesure (la pose du Bagua sur le plan, le diagramme numérique des étoiles volantes…), elle doit être parfaitement juste.

Dans les maisons chinoises traditionnelles, ce n’était pas un problème car la porte d’entrée et les fenêtres étaient toujours percées dans la façade. Aujourd’hui, les maisons contemporaines sont plus créatives et c’est pourquoi il arrive que des erreurs soient faites.

La façade est manifeste dans 80% des maisons : la porte d’entrée se trouve sur la face avant de la maison, et cette face avant est du côté de la rue la plus passante. Ainsi, il est aisé de savoir face à quelle direction la maison a été bâtie. Mais cela ne veut pas dire que la porte d’entrée principale est dans tous les cas une indication fiable de la façade ! Si l’orientation n’est pas évidente immédiatement, alors il faut au contraire analyser l’environnement sans se préoccuper de l’endroit où se trouve la porte. Pour simplifier, la façade se trouve généralement du côté le plus yang.

Trouver l'orientation de l'habitat

Pour trouver l’orientation de la maison, de l’appartement ou du commerce pour lesquels on veut faire une expertise feng shui, nous avons bien entendu besoin d’une boussole.  Les maîtres feng shui asiatiques utilisent un Luo Pan. Il est tout à fait possible d’utiliser une boussole de randonnée classique, l’important est qu’elle indique bien le nord magnétique.

L’idéal est de prendre la mesure à l’extérieur, loin de toute perturbation magnétique éventuelle (objets métalliques, montre, boucle de ceinture, parcmètre, voiture…). On se place dos à la façade : on mesure ainsi la direction de la façade.
Il faut réaliser plusieurs mesures, avec éventuellement plusieurs boussoles, afin de valider l’exactitude du relevé. Il est très important de ne pas se tromper !
Il faut relever au degré près. En effet, chacun des 8 trigrammes s’étend sur 45° (8*45=360°) mais chaque trigramme est divisé en 3 parties égales de 15°. Le nombre total de subdivisions (3*8) s’appelle les 24 montagnes.

Dessiner le plan de l'habitat

Pour réaliser le plan de la maison ou de l’appartement, il faut faire un relevé métré de chaque pièce. On peut se servir d’un plan existant pour faciliter le travail, mais toujours reprendre ses propres mesures.

On dessine d’abord la vue d’ensemble de la pièce (on peut s’aider en regardant le plafond) en reproduisant sa forme exacte, en marquant bien les décrochés. On commence par les grandes longueurs, puis on prend les côtes des murs, un par un, en tournant dans le sens des aiguilles d’une montre.
On mesure également les diagonales au cas où les murs ne seraient pas droits, ce qui arrive très souvent. Ouvrir les portes pour prendre des mesures traversantes qui permettront de se vérifier lors du dessin final.
J’ai eu récemment le cas d’une prise de métré où j’avais l’impression que rien ne collait au moment de réaliser le plan sur l’ordinateur. J’ai demandé au client la possibilité de revenir sur place pour pouvoir faire des vérifications : mes mesures se sont avérées justes, le soucis venait de l’isolation, dont l’épaisseur était complètement différente d’une pièce à l’autre. Les murs étant tout blancs, cela ne m’avait pas sauté aux yeux sur le moment.

Dans la prise de mesure, je prends aussi les hauteurs de portes, de fenêtres, du plafond, des allèges, des retombées, etc. Cela n’est pas utile pour le plan en 2D nécessaire au positionnement du Bagua, mais me sert plus tard lorsque l’expertise feng shui est suivie d’une prestation de décoration d’intérieur ou de la réalisation de vues 3D.

L’idéal est bien sûr de disposer d’un mètre laser en plus d’un mètre mécanique. Oui, on est à 5cm près ! On profitera du relevé métré pour reprendre l’orientation cardinale dans chaque pièce (cela permet de se vérifier, toujours et encore).

plan avec pakua

Découper le plan en secteurs

Ici aussi, il y a deux écoles. On peut découper le plan en posant le bagua, ce qui permet de tracer une forme de camembert à 8 portions. On peut aussi découper le plan en formant un carré à 9 cases (les 8 directions + un carré central) : le fameux carré lo shu.

Personnellement, je dessine le plan avec les deux méthodes, puis, en fonction de la forme régulière ou non du bâtiment, je privilégie d’utiliser l’une ou l’autre dans mon analyse. J’avoue que la représentation circulaire (le camembert) me paraît généralement plus en adéquation avec le mouvement du Chi, qui n’est pas linéaire mais cyclique.

Ici, la principale difficulté est de trouver le centre. Si la maison est de forme carré ou rectangle, pas de problème : il suffit de tracer les deux diagonales et le centre se trouvera au croisement de ces deux droites. Si la forme est clairement en L, l’habitat peut être découpé en 2 rectangles : on trace les diagonales de chaque rectangle. Puis on relie par une droite les points d’intersection. Si les deux surfaces de rectangle sont égales, alors le centre se trouve au milieu de cette droite. Sinon, il faudra pondérer en fonction de la surface des rectangles.
Dans le cas de forme très irrégulière, le plus juste est de calculer le barycentre (je vous laisse réviser vos cours de géométrie !).

Ainsi, quelque soit le découpage, choisi (pakua ou loshu), cela permet de déterminer où se situent les pièces de la maison en fonction des différents secteurs. Il n’est pas rare qu’une seule pièce comporte plusieurs secteurs. Dans ce cas, il faudra trouver des associations ou des compromis : pour cela, la connaissance des cycles de production, contrôle et destruction des 5 éléments est indispensable (voir mon article sur le wu xing).

feng shui de la boussole
Partagez les bonnes vibrations du Feng Shui :)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *